Financement participatif pour reportage à Jérusalem : présentation du projet à Ulule

bbc

« Pour info » pour nos lecteurs : ci-dessous la présentation transmise par L’impertinent à Ulule ce jour pour l’organisation d’un financement participatif concernant un reportage de journalisme citoyen à Jérusalem en 2018. 

 

Madame, Monsieur,

Bonjour et merci infiniment tout d’abord pour votre attention à l’étude de ce projet.

Le projet que j’ai le plaisir de vous soumettre est de réaliser un reportage de journalisme citoyen à Jérusalem, dans le cours du premier semestre 2018. Ce reportage sera réalisé par et pour la revue numérique (aujourd’hui entièrement gratuite) L’impertinent que j’ai créée en juillet dernier.

L’impertinent développe deux formes d’expression : le pamphlet (l’essentiel de sa production à ce jour, à l’exception de notre vidéo du 1er octobre à Barcelone) et le journalisme proprement dit (nous sommes dans ce cas de figure ici).

J’explore en ce moment le modèle éditorial et économique de cette forme de journalisme, notamment appliqué à du grand reportage à l’international : cette opération de financement participatif que je souhaite vous confier est la première et très importante étape dans le développement de ce modèle. Je serais très heureux de travailler avec Ulule dans un véritable esprit de partenariat sur le long terme.

Cette opération de financement participatif est évaluée à 20.000 euros. C’est une estimation qui me semble raisonnable pour produire un reportage de qualité : voyage en classe économique sur ligne régulière, hébergement dans un hôtel convenable sans luxe en plein centre de Jérusalem, alimentation végan, participation à des évènements payants, transports sur place, guides et interprètes si besoin, achat de documentation (abonnements à des revues journalistiques et scientifiques, bibliographie exhaustive), et bien sûr rémunération du temps passé (1 mois sur place plus 3 mois de rédaction au retour en France) sans laquelle il semble difficile de pérenniser un modèle économique de journalisme citoyen, indépendant de toute publicité et de tout soutien institutionnel.

L’objectif de ce reportage est de fournir un regard original et rigoureusement documenté aux Français sur cette région du monde, au travers d’une immersion citadine d’un mois dans cette ville de Jérusalem hautement symbolique d’une région à la fois très importante, et pourtant bien mal comprise : il est bien difficile en effet d’avoir depuis la France une opinion réellement documentée et sérieuse, au-delà des présupposés et des préjugés de chacun, et comme dans toute problématique internationale de démêler le vrai du faux.

Il s’agira ainsi de sortir des caricatures usuelles, et de s’efforcer de saisir et de rendre compte des nuances, des complexités et des véritables enjeux : et ce au travers notamment d’interviews de citoyens, de toutes confessions et opinions, issus de la société civile : universitaires, chercheurs, religieux, associatifs, et bien sûr simples citoyens (comme l’auteur du reportage) qui auront la générosité de nous dire un peu de leur ville, et de nous la contextualiser de la manière la plus panoramique possible.

L’engagement déontologique de L’impertinent à l’égard de nos donateurs est que ce reportage ne cherchera pas à soutenir et à valider une quelconque thèse politique ou idéologique préétablie. L’auteur du reportage serait d’ailleurs bien incapable, de par son ignorance revendiquée et assumée du sujet à ce stade (un actif tout à fait précieux afin d’éviter tout biais de confirmation) de formuler une quelconque thèse. Des interviews seront réalisés de manière informelle, non-envahissante et respectueuse, de type « qualitatifs et non-directifs » inspirés des sciences sociales (la froideur scientifique en moins et la cordialité en plus).

Ce n’est qu’à partir de ces diverses observations que j’approfondirai par la suite, à mon retour dans le calme des bibliothèques universitaires, la réflexion au contact de sources journalistiques et scientifiques vérifiables, fiables et convergentes.

En dehors (je l’espère de tout cœur pour ses habitants) de toute crise exceptionnelle (c’est-à-dire encore au-delà de la situation actuelle déjà intense), ce reportage aura ainsi toutes les chances de fournir un éclairage relativement dépassionné et le plus rigoureusement documenté possible, sans les risques et les tentations du sensationnel en situation de crise aiguë.

Il est important de préciser, afin d’être le plus honnête possible dans la démarche, que l’être humain derrière le journaliste citoyen en question se définit lui-même comme « chrétien non pratiquant de gauche », partant du modeste principe qu’un dialogue inter-religieux est dans l’absolu possible : un chrétien anticlérical lorsqu’il perçoit que certains des membres de l’église sont anormalement proches des puissants ou se comportent de la moins chrétienne des façons ; respectueux des femmes et des hommes d’Eglise qui font humblement dans l’ombre un travail remarquable, comme tous ces athées et agnostiques qui sont (sans le réconfort que procure la foi) bien plus chrétiens concrètement que beaucoup qui se prétendent l’être.

Que le dialogue inter-religieux soit effectivement possible en 2017 au vu des acteurs en présence, ou que ce dialogue inter-religieux soit même le fond du problème, c’est difficile a priori de l’établir. Néanmoins les trois seules choses dont on peut être tout à fait certain au plan scientifique pour jeter les bases intellectuelles de ce reportage :

  1. Ni « LE » juif, « LE » musulman, « LE » chrétien, « L’ » athée, « L’ »Israélien ou « LE » Palestinien » n’existent : il n’y que des juifs, des musulmans, des chrétiens, des athées, des Israéliens et des Palestiniens ayant tous de très multiples visions du monde et pratiques ;
  2. On ne peut prétendre « connaître » un quelconque discours intellectuel, religieux ou pas, en extrayant de manière très sélective, sans contextualisation, quelques passages isolés : une « connaissance » d’ailleurs le plus souvent là, au-delà de la conversation de café du commerce où il s’agit de briller, pour disqualifier en bloc ce discours ou les instrumentaliser pour échafauder toute une superstructure de légitimation des pires distorsions du discours initial.
  3. Les fameux « experts », « sachants » et autres « leaders d’opinion » qui monopolisent de manière constante les médias les plus influents s’avèrent être, ici comme dans de multiples sujets, un véritable frein à la connaissance, dans la mesure où l’ultra-médiatisation de leurs platitudes et ignorances auto-satisfaites rend inaudible les voix autrement plus significatives des véritables intellectuels travaillant rigoureusement dans le monde universitaire et scientifique ; rigoureusement, mais sans aucun relai médiatique, et c’est à eux que L’impertinent souhaite en premier lieu s’adresser.

L’impertinent ne saurait accepter de dons supérieurs à 50 euros par donateurs afin de ne pas être tenté de faire plaisir aux plus généreux donateurs. Ce reportage fera l’objet d’un livre disponible à l’achat par tout lecteur potentiel, sans avantage ou publicité particulière pour les donateurs, autre que la satisfaction personnelle d’avoir contribué au développement d’un journalisme citoyen de qualité en France en matière de grand reportage.

Je vous remercie infiniment par avance une nouvelle fois pour votre attention à l’étude de ce projet et je me tiens à votre entière disposition pour échanger avec vous pour son lancement. Je me permets simplement de vous signaler que ce message apparaîtra sur mon site par transparence à l’égard de la communauté de toujours pertinents lecteurs qui suivent et soutiennent L’impertinent depuis son lancement.

Avec tous mes remerciements, bien à vous,

François Serrano

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s