#NousSommesTousCatalans

nous sommes tous catalans.001

Il est vraiment grand temps de cesser nos plaisantes conversations de café du commerce sur le pour ou contre l’indépendance.

Depuis le 1er octobre, et l’usage disproportionné de la violence policière par Rajoy, c’est devenu hors-sujet : il en va aujourd’hui de la défense de NOTRE démocratie, à nous tous citoyens Européens.

Ce qui se passe en Catalogne concerne en effet de très près tous les Européens que nous sommes, contrairement à ce que les grands médias aux ordres veulent faire croire, pour nous désolidariser du sort des Catalans afin que nous ne fassions ainsi pas sur nos gouvernements qui ont fait de Rajoy leur élu.

L’Etat Espagnol (aux mains d’un parti ultra-corrompu et néo-franquiste, à bien distinguer de l’Espagne) est en train de violer allègrement tous les traités fondamentaux en matière de droits de l’homme de l’Union Européenne (UE) comme le rappelait le 3 octobre l’association PEN des écrivains internationaux, à commencer par la Charte des Droits Fondamentaux et la Convention Européenne des Droits de l’Homme.

L’usage disproportionné de la force lors du référendum du 1er octobre a été dénoncé et reconnu par Amnesty International, Human Rights Watch, et même le Conseil de l’Europe qui a demandé l’ouverture d’une enquête qui a été refusé par Rajoy. Normalement ceci aurait dû déclencher des sanctions de l’UE au titre de la procédure de l’Article 7, menaces qu’on fait planer actuellement sur la Pologne pour beaucoup moins que ça dans un anti-fascisme d’opérette : bien caractéristique de la gauche caviar française incapable de mener de réels combats sociaux en dehors de causeries de plateau télé autour des textes de Michéa, de Gramsci ou de Pasolini dont le peuple se fout royalement et à juste titre.

Honte à Libération, le « grand quotidien de gauche » (avec supplément caviar) – véritable torchon de tartufferie bien-pensante aux ordres de l’oligarchie qu’il est devenu sous la nouvelle ère Macron-Drahi – et à son orwellien service de désinformation « Désintox », d’avoir osé titrer après la répression du 1er octobre : « Catalogne : aucun traité européen ne prévoit l’expulsion d’un Etat pour avoir réprimé des électeurs ». On pourrait aussi je crois créer en ce moment un hashtag #balancetoncollabodeloligarchie.

Honte à Manuel Valls, bien représentatif de la tournure autoritaire que prend notre pays depuis Sarkozy, et qui va bientôt pouvoir reprendre du service en petit dictateur ridicule dans les colonies, d’avoir relativisé les violences policières en se référant uniquement à des « images » et en disant qu’en substance ce n’était pas grave « car il n’y avait pas eu mort d’homme » : une belle philosophie fascisante qu’il mit en pratique en faisant tabasser à La Manif pour Tous et durant les manifestations contre la loi travail sans débat parlementaire. Des méthodes devenues aujourd’hui business as usual dans la France Macron-MEDEF où les chômeurs, des « optimisateurs » selon Gattaz, seront bientôt criminalisés (ils le sont déjà symboliquement) au rythme où ça va.

Honte enfin à toute la pseudo-intelligentsia qui monopolise nos plateaux télés et à toutes nos grands âmes généralement si promptes à dénoncer les atteintes aux droits de l’homme lorsqu’elles sont loin de chez nous : et si silencieuses, lorsqu’elles ne sont pas ouvertement supportrices, de la répression en Catalogne par leur ignorance crasse du sujet et leurs lâchetés. Michel Onfray, philosophe de grande surface si représentatif des clowns qui accaparent l’espace médiatique pour y vendre leurs platitudes égocentriques, aurait pu au moins en tant que prétendu « anarchiste proudhonien » s’indigner, lui qui si récemment appelait encore à « décoloniser les provinces françaises« , rien que ça. Mais non, sur michelonfray.com, il ne réagit pas à la Catalogne en nous parlant de Proudhon (et de son rejet total des états-nations, qui avait notamment inspiré la Commune de Paris) mais, dans une divagation totalement hors-sol, de Hobbes, sans un mot de réprobation pour la violence policière et avec même un final en apologie de la monarchie espagnole (imposée par Franco et jamais votée) qui a pris fait et cause pour Rajoy sur la Catalogne de manière très dure. Une apologie confondante d’ignorance puisque cette monarchie est non seulement profondément corrompue (ayant accumulé mystérieusement deux milliards d’euros partant de zéro depuis sa restauration comme l’avait révélé le NY Times) mais aussi responsable (juteuses commissions occultes à la clé visiblement) en VRP des ventes d’armes à l’Arabie Saoudite dont l’Espagne est le 3ème fournisseur mondial. Mais qu’attendre d’autre d’un tartuffe proudhonien, qui fait supporter les coûts de son Université Populaire par la collectivité par des subventions publiques, mais en privatise les profits le plus néo-libéralement possible par de très juteuses ventes de disques de ses conférences ?

Après cette violence policière dont tout le monde a pu être témoin, et qui laissait imaginer que normalement il y aurait un tollé mondial, l’impensable s’est produit : c’est-à-dire que strictement RIEN ne s’est passé, solidarité totale de la France de l’UE avec Rajoy.

Il y a eu ensuite des ahurissantes menaces de mort publiques le 9 octobre – aussi sinistres qu’explicites – du porte-parole officiel du Partido Popular, Pablo Casado, en menaçant Carles Puigdemont de finir comme Lluis Companys, le premier président de la Generalitat, qui fut TORTURE ET FUSILLE PAR FRANCO après avoir été arrêté par la Gestapo en France où il était éxilé, et ce à quelques jours des commémorations de sa mort en Catalogne. Vous imaginez Castaner dire à Mélenchon qu’il va finir comme Jaurès s’il continue ? En Espagne c’est pas d’obscurs groupuscules d’extrême droite qui forment de tels projets, mais un gouvernement en place.

Cataluna-Lluis_Companys-Generalitat_de_Catalunya-Declaracion_unilateral_de_independencia-Grandes_Historias_229492103_38914701_1706x960

Voilà pour ceux qui douteraient encore du néo-franquisme du Partido Popular, qui a recyclé (avec leurs méthodes criminelles et leur idéologie autoritaire) tous les cadres de l’époque franquiste et leurs rejetons (exemple typique Aznar), qui finance avec des deniers publics la Fondation Franco, qui se bat bec et ongles (avec succès) pour pouvoir conserver partout en Espagne des noms de rues, des monuments, des écoles franquistes. Imaginez en France un parti de droite entretenant la mémoire du maréchal Pétain avec des squares Pierre Laval et des francisques sur les plaques  : non le Partido Popular n’est pas un parti de droite normal, comme peut l’être Les Républicains. S’il n’y a pas de parti d’extrême droite en Espagne, c’est parce que l’extrême droite C’EST le Partido Popular. La toujours très vomitive Revue Eléments, revue de la fachosphère avec laquelle Michel Onfray est désormais cul et chemise, a d’ailleurs dans un récent numéro célébré le putsch franquiste de juillet 1936 par la bataille du siège de l’Alcazar, grand fait d’armes et de propagande franquiste durant la guerre civile. Mais bien sûr « ne diabolisons pas »… mais si seulement l’extrême droite soutenait Rajoy ce ne serait rien. Les vrais fascistes en France ne sont pas hélas qu’au Front National, ce que montre bien le cas catalan et les vagues de sympathie que suscite un gouvernement qui frappe sur des populations pacifiques.

Aucune réaction à ces menaces de mort à l’encontre d’un opposant politique, les médias français ne relayant pas l’info et mentant dès lors, comme ils en ont pris l’habitude sur ce dossier, par omission en s’abstenant de relater les faits contraires à la version officielle.

Tout comme ils mentent par omission en ne disant pas que des sondages très récents montrent que plus de 80% des Catalans, indépendantistes ou pas, veulent décider de leur destin dans un référendum : ceci est en ligne avec le principe de liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, inscrite au Chapitre 1 de la Charte des Nations Unies, ratifiées par tous les pays y compris l’Espagne, et accordé pacifiquement à l’Ecosse et au Québec. Comme l’a rappelé Carles Puigdemont lors d’un récent passage à France Inter où il fut interviewé par Léa Salamé avec son style habituel (qui lui aurait sans doute valu face à un représentant de Le Média un procès pour diffamation voire en harcèlement, vu leur surprenante vision de la liberté de la presse de simplement poser des questions), ce sont en principe les règles du droit international qui priment sur le droit interne des nations, surtout sur ces questions. Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes que l’UE désormais par Junker nie catégoriquement : mais qui est-il lui sérieusement, technocrate non élu, à la solde de tous les lobbys de la terre, pour dire qu’il ne veut pas de l’indépendance de la Catalogne ?

Escalade dans l’abus de pouvoir anti-démocratique de l’Etat Espagnol, nous avons maintenant depuis le 16 octobre pour la première fois dans l’histoire de l’UE deux prisonniers politiques en Espagne, deux associatifs, enfermés sans aucun procès comme si c’étaient des criminels alors qu’ils n’avaient fait qu’appeler les Catalans à manifester et à voter sans aucune violence: Jordi Cuixat de l’ANC et Jordi Sanchez d’Omnium Cultural, dont nous ne savons strictement rien depuis, et dont l’Etat Espagnol parle dans une novlangue tout à fait totalitaire non pas comme des « prisonniers politiques » mais des « politiques prisonniers ».

jordi support

Toujours aucune réaction, soutien total de tout le monde – Macron et Junker, les grands amis du peuple que l’on sait, en tête – à Rajoy et silence alourdissant des médias, des politiques, des intellectuels toujours si prompts à donner des leçons de morale au monde entier.

Rappelons tout de même que – si l’Espagne était un véritable état de droit, ce qu’il n’est pas, pas plus qu’il n’est une monarchie constitutionnelle comme le Royaume-Uni autrement plus démocratique (Ecosse, Brexit) – c’est normalement Rajoy et son odieux petit roquet franquiste Soraya Sáenz de Santamaría (qui avait assuré le 1er octobre que la police n’avait jamais frappé qui que ce soit) qui devraient être aujourd’hui en prison :  le Partido Popular étant aujourd’hui considéré en Espagne comme une organisation criminelle et sans doute l’un des partis les plus corrompus au monde. Outre les centaines de cas de corruption aggravée et de détournements de fonds publics du Partido Popular en cours d’instruction et emprisonnement (accompagnés de dix témoins du Partido Popular qui ont mystérieusement trouvé la mort avant de témoigner, et le récent incendie du Palais de Justice de Valence pour effacer les preuves d’un énorme procès en cours), un immense Watergate a été révélé cet été et est en cours d’instruction visant Rajoy et son gouvernement.

Ce qu’on ne sait pas du tout non plus en France, c’est qu’il s’agit là d’un gouvernement qui a orchestré une conspiration politique de déstabilisation avérée de très grande ampleur – dite « Opération Catalogne » – à la veille des élections de 2015 (tout de même remportées par les partis indépendantistes, majoritaires au parlement, mais qui auraient été sans doute majoritaires sans cette conspiration) pour nuire au personnel politique catalan avec un méga cabinet noir composé d’ex-membres de la police politique franquiste et utilisant des fonds publics détournés, et chargés de trouver ou pire de fabriquer de toutes pièces des affaires : un méga-Watergate, impliquant entre autres directement Rajoy et son ex-ministre de l’intérieur, sur lequel n’importe quel gouvernement réellement démocratique aurait sauté. Cette affaire est désormais avérée par une commission parlementaire et les investigations judiciaires sont en cours. En avez-vous entendu parler ?

Aucun grand média français, à l’exception notable de Mediapart qui fait un travail sur ce dossier de qualité, ne contextualise ce qui se passe aujourd’hui en Espagne, au regard du réel coup d’état institutionnel perpétré par le Partido Popular entre 2006 et 2010. En effet, à 120 voix sur 135 (une majorité on ne peut plus claire, les 15 autres étant du Partido Popular) les députés du Parlement catalan avaient adopté en 2006 un Statut d’autonomie, en rien indépendantiste, et tout à fait comparable à ce que Madrid a accordé au pays basque (qui lui il est vrai maniait la bombe) et où en conséquence de cet autonomie l’indépendantisme a virtuellement disparu. Ce Statut avait été approuvé au Cortes, le parlement espagnol. Mais le Partido Popular, ulcéré par un Statut de la Catalogne contraire à son idéologie, a porté cela devant le Tribunal Constitutionnel – entité non-élue donc, et notoirement aux ordres du Partido Popular – qui l’a vidé de sa substance, ce qui a créé un sentiment d’humiliation en Catalogne et un mouvement indépendantiste qui n’existait absolument pas il y a dix ans. Depuis, le gouvernement Rajoy est dans un déni total de la question catalane, refuse tout débat sur le sujet, et rétorque tout ce qui vient du parlement catalan comme notamment des mesures socialement progressistes. C’est véritablement Rajoy et sa clique qui ont créé l’indépendantisme catalan, qui plus qu’une revendication bêtement nationaliste, comme on le croit souvent en France à tort, est très largement une protestation citoyenne contre un état de fait non-démocratique, qui semble à beaucoup de Catalans totalement irréformable.

Voilà qui est Rajoy exactement, et pourquoi lorsqu’il parle de « légalité » et d’ « état de droit », on ne peut que rire ou plutôt pleurer tellement il dupe, en bon escroc, tout le monde. On peut aussi rajouter, dans le registre des pratiques parfaitement illégales, les pressions gouvernementales que reçoivent les banques et les entreprises pour délocaliser leurs sièges, afin de faire croire au monde entier que les entreprises fuient la folie des indépendantistes. Au passage, comme dans son immense érudition Michel Onfray le commentait, la Catalogne n’était-elle pas censée être une région de riches qui ne veulent plus aider les pauvres ? Mais quelle farce on nous sert en France sur ce dossier : l’indépendantisme catalan n’est plus que très marginalement un problème nationaliste et identitaire au sens où en l’entend généralement en France, c’est un indépendantisme politique, républicain, en réaction à une monarchie néo-franquiste ultra-réactionnaire et corrompue, à bout de souffle, et qui voit dans cette histoire catalane une occasion inespérée de détourner l’attention des cas de corruption massives qui devraient normalement en démocratie amener à la dissolution de ce parti, comme l’expliquait bien Podemos cette semaine au Parlement. A noter la totale complicité des socialistes espagnols à Rajoy, qui sont encore pire si c’était possible que les nôtres), Podemos étant réellement le seul parti de gauche en Espagne :

Application aujourd’hui de l’article 155 (sans aucune supervision du Tribunal Constitutionnel, qui est de toutes façons notoirement aux ordres de Rajoy et du Partido Popular, et qui édicte les lois qui conviennent au pouvoir et censurent celles qui lui déplaisent) alors que Carles Puigdemeont n’a pas dans sa lettre de jeudi déclaré d’indépendance mais a seulement encore une fois demandé le dialogue. Cette application de l’article 155 est donc parfaitement anti-constitutionnelle, mais comme de toutes façons il n’y a pas de séparation des pouvoirs en Espagne, le Tribunal Constitutionnel étant une annexe du Partido Popular, aucun problème. Convocation d’élections visiblement en janvier, mais les Catalans pourront-ils voter pour des partis indépendantistes si c’est derniers sont considérés, comme c’est désormais le cas avec des indépendantistes en prison et d’autres à venir certainement, comme « anti-constitutionnels et séditieux » ? Si une telle censure politique était appliquée ce sera véritablement le basculement définitif de l’Espagne vers l’état policier en dehors de l’éta de droit, et il est fort à craindre que même si cette nouvelle escalade était franchie il continuerait encore d’être soutenu par tout le monde en haut lieu en France comme en UE.

Parmi les mesures annoncées aujourd’hui par Rajoy non seulement l’abrogation de l’autonomie de la Catalogne, incluant la mise sous tutelle de TV3, le FR3 catalan, la seule télévision espagnole offrant une vision discordante (plutôt pr-indépendantiste mais en rien extrêmiste et pluraliste) sur le situation catalane dans un paysage télévisuel espagnol totalement aux ordres de l’Etat espagnol. Nous attendons avec impatience (mais pas trop) les signes de solidarité de leurs confrères français (il est vrai déjà aux ordres). Nous pouvons craindre que ce ne sont que les débuts des attaques contre la démocratie d’ici les élections.

Ce qui se joue aujourd’hui réellement en Catalogne n’est plus l’indépendance de la Catalogne : c’est la liberté et l’impunité (sans sanction de l’UE) d’un Etat de violer tous les traités des droits de l’homme possibles et imaginables au nom d’un prétendu « ordre public ». Lorsque Macron insulte les GM&S et leurs élus en écharpe tricolore de « fouteurs de bordel », lacrymo de CRS en prime (on voit que les élections et le temps des selfies sur des parkings est passé) c’est exactement la même logique : la requalification de droits d’expression démocratiques fondamentaux en trouble à l’ordre public, légitimant la répression policière et le muselage.

La dérive autoritaire et anti-démocratique de l’Etat espagnol nous concerne tous Européens : si on laisse faire ça, en créant un tel précédent, demain ce sera notre tour à tous. Et à bien des égards en France, c’est DEJA notre tour, de manière aussi insidieuse que grandissante.

Les démocraties européennes ont abandonné la République Espagnole à son triste sort en 1936, au motif tout aussi lâche et hypocrite d’une affaire intérieure, et ce fut le terrain d’entraînement des forces de l’Axe pour la seconde guerre mondiale. Bien des horreurs auraint été évitées si la France et la Grande-Bretagne avaient assisté la République démocratiquement élu attaquée par les armées fascsites du général Franco.

Que toute l’oligarchie politique et économique européenne ait choisi Rajoy comme son poulain – alimentant la fabrique à mensonges des appareils médiatiques dominants pour anesthésier les opinions publiques – montre clairement que l’Espagne est aujourd’hui le terrain d’entraînement des régimes anti-démocratiques et autoritaires qui se profilent pour nous tous Français et Européens.

Ne commettons pas la même erreur.

NE LAISSONS PAS TOMBER NOS CONCITOYENS D’UNION EUROPEENNE.

NOUS SOMMES TOUS CATALANS.

#NousSommesTousCatalans

 

14 commentaires

  1. Je suis suisse et me sens totalement concerné par ce qui se passe en Catalogne et en Europe.
    L’Espagne est une honte et ne représente nullement la démocratie.
    L’Europe, Mme Merkel, M. Macron le savent et en fermant les yeux et en donnant leur appui au gouvernement Raroy sont complices d’une dictature.
    Vous aurez des comptes à rendre à tout les peuples d’Europe.
    Merci à la Catalogne d’avoir ouvert les yeux à tout les citoyens européens.
    Si vous ne changez pas d’optique, votre union européenne perdera son identité démocratique. Evitez-nous une 3ème guerre mondiale !
    Je suis profondément affecté et totalement engagé à lutter contre ces impostures.

    Aimé par 1 personne

  2. Remerciements.
    Aprés la mort du géneral Franco il n’a pas été possible de faire déclarer devant la justice les responsables des actions crimineles pendant la dictadure. Les espagnols ont du choisir entre rester dans l’ancienne regime ou bien une Constitution faite selon les considerations des points indiscutibles imposés par l’ancienne regime.
    Aujourd’hui la majorité des espagnols ils n’ont pas voté, ni la Constitution ni la monarchie.
    Les proprietaires de l’etat ne peuvent pas se permetre que la Catalogne se separe. Ça serait un gran desastre econonique et c’est de ce fait que la reaction est devenu extremement violente.
    Merci pour le support.

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis catalan de mère française, j’ai grandi à Barcelone, j’ai habité au Mexique et au Brésil, et habite en France depuis plusieurs années. Les Catalans à Paris sommes en train de nous regrouper surtout depuis le 1er Octobre, nous manifestons et exprimons notre solidarité avec nos familles et amis qui sont restés en Catalogne.

    Notre peuple à une histoire d’environ 1000 ans, une longue tradition démocratique (une des premières démocraties d’Europe), un grand attachement à l’Europe et à ses valeurs (Droits de l’Homme, démocratie, dialogue et justice sociale). Notre Parlement démocratique et notre indépendance, créé vers le siècle XIII, à été liquidé en 1714 lors de la Guerre de Succession, grâce à l’aide des Bourbons (Louis XIV). Plusieurs périodes d’autonomie relative ont suivie. Nous avons eu un grand mouvement libertaire et Anarchiste très fructifère avant la guerre civile ,qui elle a tout laminé avec la Dictature de Franco. Malgré cette dictature, nous avons réussi à garder notre culture, notre identité, qui a comme base légitime l’accueil, le dialogue, la justice sociale, la coopération… Et tout cela dans l’humour et une forme de joie.

    Je pense que c’est ce qui fait notre différence et ce qui irrite tant l’Etat espagnol, plus habitué aux rapports de forces, pouvoir et à l’ordre.

    Comme vous avez très bien expliqué nous avons fait de longues négotiations afin de rétablir une harmonie avec le reste de l’Espagne, entre 2006-2010. Mais tout ça a été dynamité en 2010. Depuis, il nous reste qu’ 1 seule porte de sortie: l’Indépendance. Nous avons demandé maintes fois un Referendum, sans résultat. Finalement, nous l’avons fait nous-mêmes, par JUSTICE et DIGNITE, avec une participation populaire extraordinaire dans son organisation. ET TOUT DE FACON PACIFIQUE. Vous n’imaginez pas la quantité d’anecdotes et histoires d’astuce populaire que nous avons repertorié!

    Vous l’avez bien compris: il s’agit de DEMOCRATIE et DROITS DE L’HOMME, pas vraiment de Nationalisme, ou juste de façon secondaire.

    Nous nous sentons agréssés en Espagne par un Etat Espagnol devenu extrêmement délinquant, aveugle et destructeur. Notre gouvernement (Generalitat) est sous tutelle économique de Madrid, une grande quantité de sites internet ont été censurés. 10,000 policiers ont été envoyés sur 3 bateaux de croisière à Barcelone. Environ 900 civils (dont quelques enfants, beaucoup de vieillards) ont été bléssés par cette police brutale, 2 ont été emprisonnées pour 10 ans car ils organisaient des manifestations, nos élus sont menacés aussi de prison, et notre moyen d’information (TV3) d’être mis sous tutelle de Madrid… Pourquoi? Pour vouloir simplement EXISTER? En France il est très dur pour nous d’entendre les médias dire que « c’est nous les méchants et les extremistes », ou qui nous traitent d’une bande d’égoïstes… L’incompréhension est grande, tant le terrain à été « miné » par les merdias dominants (je sais que vous savez de qui je parle). Nous nous sentons comme David devant Goliath.

    Je tiens à célébrer tous vos articles sur ce qui se passe actuellement: c’est un vrai baume sur notre coeur de voir quelqu’n en France aussi lucide qui ne mâche pas ses mots.

    Merci, 1000 fois merci!!!!!

    Je crois aussi que notre lutte est la lutte pour la dignité de l’Homme. La Catalogne est un phénomene de « Empowerment » populaire peut-être unique en Europe, et qui peut inspirer d’autres mouvements dans d’autres domaines. C’est le réveil de l’homme devant l’Empire. Et je crois que pour ça l’UE y est globalement hostile.

    Esperons que les esprits se réveilleront vite!

    Aimé par 1 personne

    • Tout à fait d’accord avec vous, Alexis, a mon avis c’est ça exactament , Je suis nait au Pay Basque, mais de mère allemande, marié avec un catalan depuis plus de 40 ans, et habite à Barcelone! Pour mois c’est un grand soulagement pouvoir lire le texte de Serrano et votre commentaire, merçi beacoup, Ana Martínez

      Aimé par 1 personne

  4. Merci beaucoup vous pour ce message.

    Nous essayons de faire traduire et publier cet article en ce moment en catalan et espagnol pour le diffuser plus amplement.

    Je partage entièrement votre conclusion : la Catalogne est devenue aujourd’hui le lieu de résistance en Europe contre toutes les nouvelles formes d’oppression en pleine expansion de la part d’une fraction des classes dominantes de plus en plus autoritaires et anti-démocratiques. C’est pour ça que tout l’establishment est terrifié par ce mouvement populaire, qui pourrait donner de « mauvaises » idées à d’autres peuples, non pas de prendre leur indépendance (effet domino imaginaire propagé par les médias dominants) mais de retrouver leur souveraineté et de s’opposer aux politiques autoritaires et anti-démocratiques un peu partout, et en France depuis Valls et Macron-MEDEF est en plein dans cette logique.

    A la fin c’est David qui gagne, et la non-violence lorsqu’elle est portée par tout un peuple est toujours plus forte que la force brutale. La stratégie du PP sera forcément perdante.

    A titre personnel, nous ne sommes ni pro, ni anti-indépendantistes, car c’est aux Catalans de décider pas aux français que nous sommes : nous sommes simplement pour le droit légitime du peuple Catalan – exactement comme les Ecossais et les Québécois – à un référendum d’auto-détermination en bonne et due forme, conformément à la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes. Nous appelons aussi les citoyens français à comprendre que c’est aujourd’hui une affaire intérieure européenne au plan des droits de l’homme : si la Turquie d’Erdogan était dans l’UE, nous écririons aussi #NousSommesTurcs.

    Amitiés et tout notre soutien.

    J'aime

  5. Appréciés concitoyens,
    Comme voisin des Pyrénées Orientales, je vous écris cette lettre pour montrer ma profonde tristesse et préoccupation avec les faits qu’ils sont développés en mon pays d’origine, Catalogne.
    Comment doit savoir, les jours antérieurs au référendum du 1 octobre l’État espagnol a initié un suivi d’actions, comme la fermeture de pages web ou la censure de contenus politiques en des média, qu’attentent à la liberté de presse et opinion. Les actions les plus graves ont succédé le même jour 1-Octobre avec l’assaut policier à des collèges électoraux, et l’agression sur des citoyens pacifiques et sans aucune arme, quelqu’un d’ils notamment vulnérables comme des personnes âgés. Le bilan final est de 1066 personnes blessées, 23 âgés de plus de 79 ans et 2 mineurs de moins de 11 ans.
    Aussi rappeler que, depuis une semaine, Jordi Cuixart et Jordi Sànchez sont dans une prison de façon inconditionnelle. Les présidents d’Omnium et d’ANC sont accusés de promouvoir un soulèvement violent. Cette accusation n’a pas de base réelle, donc dans sept ans de mobilisations toutes les manifestations promues par ces entités ont été pacifiques.
    Finalement, le Gouvernement de M. Rajoy forcera l’article 155 de la Constitution espagnole pour abroger « de facto » l’autonomie de la Catalogne, installer un gouvernement type Vichy et éliminer la dissidence politique catalane. Rappeler que le Partido Popular de M. Rajoy a plus de 900 cas de corruption, en rendant l’Espagne l’État le plus corrompu de l’UE.
    A mon avis, ces faits ne peuvent pas se donner en territoire de l’Union Européenne, puisque attentent les droits fondamentaux de tout citoyen européen, droits protégés pour les Traités de l’Union. Je pense aussi que la République française, que compte entre ses valeurs constitutives la fraternité, elle ne peut pas suivre en envisageant cette question comme un affaire interne espagnol. Nous devons nous souvenir que cette même attitude a été celle que dans les années 30’s a conduit à un énorme désastre à l’Europe.
    J’anime à tout citoyen préoccupé de la défense et la promotion des valeurs démocratiques dans toute l’Europe, de réaliser des actions acheminées à promouvoir trouver une solution pacifique et dialoguée au conflit de nos voisins et à éviter la dérive autoritaire et antidémocratique qui envahit l’Europe. Je vous manifeste mon soutien inconditionnel en toute action que vous décide emprunter en ce sens.

    Salut.

    Enric

    Aimé par 1 personne

  6. Excellent article qui résume assez bien la situation en Catalogne. Le meilleur que j’ai pu lire jusqu’à ce jour. La presse française est tellement injuste sur ce sujet. Merci pour exprimer clairement ce que nous savons déjà ici, mais avons beaucoup de mal à expliquer, tant la pression est grande en Catalogne. Les gens ont du mal à dormir, nous ressentons tous une angoisse profonde et beaucoup de tristesse face à l’Europe qui nous a abandonné. La Catalogne ne peut compter que sur elle-même, et malheureusement la seule option laissée par le gouvernement du PP dans son refus à négocier, est la déclaration de la République Catalane que tous attendent avec enthousiasme et peur à la fois. #NousSommesTousCatalans

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s