L’impertinent fait (presque) la une du Monde

Dans une tribune au « Monde », un collectif de personnalités politiques, de la société civile et du spectacle, appelle à la création d’un média alternatif éloigné du modèle économique et idéologique dominant.

Ainsi débute très officiellement « un manifeste pour un nouveau média citoyen » paru aujourd’hui dans Le Monde. Le titre de cet article est malicieusement racoleur, car évidemment il ne s’agit pas de L’impertinent qui – visionnaire et toujours en avance sur son temps – a déjà publié depuis belle lurette son manifeste à lui, causant au passage le véritable séisme que l’on sait dans le monde de la presse en ligne.

L’impertinent ne pouvait cependant pas ne pas réagir à une telle annonce, suite précisément à notre récent manifeste pour un média coopératif, numérique et social, a priori donc jouant sur le même terrain, mais avec des moyens infiniment moindres (en apparence seulement, car ce n’est jamais la quantité qui compte) : la concurrence (?) lorsqu’on innove est toujours en théorie économique bon signe – puisqu’elle démontre que vous n’êtes pas le seul à avoir fait la même analyse d’un besoin existant « non adressé » – mais jouons-nous réellement sur le même terrain ? Et comment se positionne L’impertinent par rapport à ce nouveau média, et doit-il véritablement le considérer comme « concurrent » ? ou comme futur partenaire potentiel ?… ou au contraire comme contre-exemple parfait de ce qu’il faut surtout ne pas vouloir faire ?

Ce manifeste est retranscrit ci-dessous pour l’agrément des lecteurs de L’impertinent… qui ne seraient pas nécessairement abonnés du Monde.fr. C’est bien là d’ailleurs un premier paradoxe, et non des moindres, que d’avoir choisi comme lieu de publication de ce manifeste un média payant alors que ce manifeste annonce « un nouveau média fondamentalement alternatif par sa gouvernance, son modèle économique et son fonctionnement. Généraliste, diffusé gratuitement sur Internet, audiovisuel et écrit. » Annoncer la généreuse création d’un média gratuit sur un média tout ce qu’il y a de plus payant, voilà une contradiction qui peut laisser perplexe. (précision du soir : même s’il est vrai depuis l’annonce du matin le média a désormais sa page Facebook et une pétition qui circule, où le texte du manifeste est désormais disponible pour le commun des mortels, et la manière sous forme de teasing en pétition est il faut bien l’admettre très bien vue pour fédérer un début de communauté !)

D’autant plus que la gratuité de ce média, avec pour ambition d’être non seulement écrit mais audiovisuel (ce qui suppose tout de même des moyens significatifs), a de quoi susciter des questionnements sur la viabilité d’un tel « modèle économique », car comment construire une indépendance sans revenus ? Le manifeste annonce à ce sujet une campagne de souscription à partir du 11 octobre, qui s’annonce très intéressante et qu’il conviendra assurément de suivre de très près. Cette souscription sera-t-elle capitaliste sous forme d’actions sonnantes et trébuchantes ou socialement innovante ? Là aussi perplexité, alors que l’illustration choisie par le Monde pour son article est un drôle de graphisme glacial étonnamment inspiré des marchés de capitaux et boursiers on ne peut plus capitaliste.

Question « nouvelle gouvernance », le manifeste envisage un « média, coopératif, (qui) sera indépendant : sa gouvernance impliquera ses sociétaires, ses salarié(e)s et ses « bénéficiaires ». Cela semble laisser présager une SCOP, pourquoi pas en effet (modèle en ce moment à l’étude par L’impertinent), mais que penser de la présence de « salariés » alors que le salariat est tout de même à la base la forme parfaite d’exploitation capitaliste comme tous les théoriciens socialistes l’ont bien montré dès le 19ème siècle ? Une nouvelle gouvernance, aux yeux de L’impertinent, ne peut réellement avoir de sens que dans une émancipation de cette forme économiquement et hiérarchiquement oppressive, à moins que ce nouveau média crée effectivement du nouveau, donc à voir.

Pour ce qui est du collectif signataire, on y trouve incontestablement de belles et respectables signatures, mais aussi un bon nombre de personnalités politiques qui n’ont guère brillé par le passé pour leur progressisme social, et un nombre important de personnalités du monde spectacle : monde tout à fait respectable et légitime par ailleurs, mais qui suggère en tout cas la possibilité – ou plutôt le risque – d’une information-spectacle, tendance lourde contemporaine avec laquelle L’impertinent a pris grand soin de se distancier dans son manifeste à lui.

Peut-être il y a-t-il une relation de cause à effet entre la sociologie de ce collectif et le fait que ce nouveau média soit clairement dans des luttes sociétales – certes légitimes pour certaines, mais qui ont tout de même conduit la gauche à concrètement abandonner les classes populaires, peu intéressées par exemple par les divagations de la théorie du genre – alors que là encore L’impertinent se distingue par le souci de renouveler le discours et les pratiques des luttes sociales, avec pour inspiration un retour aux sources du socialisme populaire originel et d’une analyse de classes.

En revanche on ne peut que constater humblement qu’il y a un certain mérite à présenter un manifeste de manière aussi synthétique, et que L’impertinent pourrait faire bien de s’en inspirer pour une deuxième version de son manifeste.

A suivre donc, et dès le 11 octobre pour comprendre le type exact de souscription à laquelle souhaite faire appel ce nouveau média – et auquel L’impertinent par solidarité, et grande curiosité, devrait sans doute participer car il y là sans doute beaucoup à apprendre et peut-être même, qui sait ? de belles rencontres à faire entre gens de bonne volonté.

© François Serrano 2017

 

********

Manifeste pour un nouveau média citoyen

Dans une tribune au « Monde », un collectif de personnalités politiques, de la société civile et du spectacle, appelle à la création d’un média alternatif éloigné du modèle économique et idéologique dominant.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Collectif

Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen(ne)s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre.

Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances industrielles ou financières. Economie sociale et solidaire, écologie, humanitaire, progrès scientifique ou avancées technologiques – des millions de gens mettent désormais leurs moyens et leur volonté au service de projets alternatifs. Par leur succès et leur envergure, ces projets prouvent une chose simple : il est possible de faire autrement et dès maintenant.

Aussi, à l’image de ces citoyen(ne)s qui se sont, par exemple, organisés pour produire et commercialiser des aliments biologiques dans le respect de l’environnement, de la santé publique et de la dignité des producteurs, nous, signataires de ce manifeste, considérons qu’il est possible d’intervenir dans le domaine de l’information et de la culture.

Des objectifs clairs

C’est pourquoi, nous appelons à soutenir la création d’un nouveau média fondamentalement alternatif par sa gouvernance, son modèle économique et son fonctionnement. Généraliste, diffusé gratuitement sur Internet, audiovisuel et écrit, ses objectifs devront être clairs :

– Ce média, coopératif, sera indépendant : sa gouvernance impliquera ses sociétaires, ses salarié(e)s et ses « bénéficiaires ».

– Ce média sera collaboratif : s’appuyant sur un réseau de correspondant(e)s, d’associations, d’ONG, d’autres médias citoyens déjà actifs, il fera appel aux collaborations citoyennes.

– Ce média sera pluraliste : s’affranchissant de la dictature de l’urgence, il laissera sa place à la confrontation des idées et aux débats de fond.

– Ce média sera culturel et francophone : sans se limiter au seul hexagone, il contribuera à la valorisation et à la création culturelle de la francophonie.

– Ce média sera humaniste et antiraciste : il s’engagera dans la lutte contre les discriminations et travaillera au renforcement des solidarités humaines.

– Ce média sera féministe et défendra les droits LGBTI : il soutiendra l’émancipation des femmes et l’égalité entre les genres.

– Ce média sera écologiste et progressiste : il soutiendra les initiatives qui favorisent l’harmonie entre les hommes et la nature.

Voilà l’ambition de cet appel, lancé à tous ceux et à toutes celles qui se reconnaîtront dans un tel projet : s’éloigner du modèle économique et idéologique dominant pour bâtir un espace commun et visible, influent et fraternel, un espace qui agrège et rassemble des initiatives citoyennes.

Le mercredi 11 octobre, lors d’un événement diffusé sur Internet, débutera la campagne de souscription et d’élaboration de ce média. Son lancement officiel, lui, est programmé pour le lundi 15 janvier 2018. Mais rien, absolument rien, ne se fera sans vous.

Les cinquante premiers signataires : Cécile Amar (journaliste), Christian Audouin (directeur de rédaction), Laurent Baffie (chroniqueur), Josiane Balasko (comédienne), Blick Bassy (chanteur), Lucas Belvaux (réalisateur), Marie-George Buffet (députée), Bernard Cassen (président d’honneur d’Attac), Judith Chemla (comédienne), Sophia Chikirou (communicante), Antoine Comte (avocat), Jean-Pierre Darroussin (comédien), Antoine Deltour (lanceur d’alerte), Jack Dion (journaliste), Aurélie Filippetti (ancienne ministre), Bruno Gaccio (auteur), Raquel Garrido (avocate), Frédéric Gros (philosophe), Robert Guédiguian (réalisateur), Thomas Guénolé (politologue), Janette Habel (politologue), Cédric Herrou (agriculteur), Eva Joly (députée européenne), Pierre Joxe (ancien ministre), Jul (dessinateur), Juliette (chanteuse), Aude Lancelin (journaliste), Dany Lang (économiste),L.E.J (chanteuses), Philippe Lioret (réalisateur), Noël Mamère (ancien député), Jean Massiet (youtubeur), Guillaume Meurice (humoriste), Gérard Miller (psychanalyste), Giovanni Mirabassi (pianiste), Tania de Montaigne (écrivaine), Arnaud Montebourg (ancien ministre), Gérard Mordillat (écrivain), François Morel (comédien), Patrick Pelloux (médecin urgentiste), Edouard Perrin (journaliste), Philippe Poutou (ouvrier syndicaliste), Adrien Quatennens (député), François Ruffin (député), Bruno Solo (comédien), Jean Teulé(écrivain), Usul (youtubeur), Jacques Weber (comédien), Martin Winckler (écrivain), Karl Zéro (réalisateur).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s