Plaidoyer pour une impertinente renaissance du pamphlet

Ce n’est pas un scoop, nous vivons des temps de post-vérité de fabrication généralisée du consentement, comme dirait l’ami Chomsky, et de manipulation médiatique massive de l’opinion publique, très largement au travers d’une information formatée et aseptisée produite par une oligarchie des moyens de communication… ayant notamment porté en France le produit de l’année élu de son choix, Macron, au pouvoir.

C’est bien pour cette raison que le pamphlet se doit de retrouver toute sa place comme genre littéraire à part entière au devant de la scène politique contemporaine, et de ce constat est né L’impertinent : « la revue que n’aiment pas les méchants ! »

Le pamphlet, c’est encore George Orwell qui en parle le mieux. Sa prose de journaliste et d’essayiste était largement pamphlétaire, il en était également un avide collectionneur et a co-édité une anthologie de pamphlets britanniques datant du 16ème au début du 20ème siècle (dont est tirée l’illustration ci-joint) ; le pamphlet tombera hélas à peu près en désuétude après la seconde guerre mondiale avec le déferlement des médias de masse que nous ne connaissons que trop bien.

Qu’est-ce qu’un pamphlet exactement selon lui ? Un pamphlet est un texte court, au contenu délibérément polémique, au ton généralement virulent et souvent indigné et à la veine volontiers subversive. Il est destiné à un public le plus large possible, il doit donc être écrit en ce sens avec une clarté d’expression maximale. Sa longueur est quelque part entre 500 et 10.000 mots : ni un tract « A bas Le Front National ! » (ou tout autre cuicui de moins de 140 caractères) ni le Candide de Voltaire (plutôt un conte philosophique) ne sauraient par exemple être qualifiés de pamphlets.

Fondamentalement le pamphlet a toujours une dimension POLITIQUE et il est écrit POUR ou CONTRE quelqu’un ou quelque chose.

Le pamphlet est en essence un acte de protestation, écrit par un individu qui a quelque chose qu’il.elle tient à dire absolument, et qui considère que c’est la meilleure façon de se faire entendre du plus grand nombre. Souvent anonyme et publié clandestinement dans le passé, le pamphlet n’est pas nécessairement écrit par un homme ou une femme de lettres, et la plupart du temps ils sont d’ailleurs de véritables torchons nous dit avec lucidité Orwell. Les meilleurs s’avèrent toujours être ceux écrits pour révéler une vérité cachée ou défendre des idées que l’opinion publique soutiendrait si elle avait connaissance des faits réels.

Le pamphlet n’est pas écrit dans le but de faire de l’argent ou pour simplement divertir. En ce sens il a eu beaucoup de mal historiquement à trouver des éditeurs et a souvent été utilisé au final par des partis politiques pour faire de la vulgaire propagande, ce qui a fini par définitivement décrédibiliser et marginaliser le genre.

L’auteur de ces lignes a pu faire l’expérience, en essayant de placer dans la presse de tels ovnis pamphlétaires de son cru, qu’ils n’ont en France aucun lieu pour être publiés décemment, c’est-à-dire hors de la fachosphère et de la complotosphère… car même la presse supposée contestataire de gauche a ses normes et formats bien établis, bien peu compatibles avec la liberté de ton proprement iconoclaste et subversive du pamphlet… sauf sur les réseaux sociaux, qui donnent les moyens technologiques d’une renaissance du pamphlet à la hauteur des moyens financiers (strictement nuls) de ses auteurs.

Finis les petits feuillets non reliés des pamphlets d’antan, Internet est clairement le lieu où le pamphlet pourra enfin retrouver une seconde et si nécessaire existence citoyenne – tant les bonnes vérités à dire, les raisons de s’indigner et les mensonges à démasquer sont nombreux de nos jours…

… une impertinente renaissance du pamphlet est en définitive – et peut-être plus que jamais – un impératif démocratique catégorique pour nos sociétés massivement désinformées et manipulées, où les mots justes trouvés au bon moment peuvent être de l’action comme le disait bien Hannah Arendt !

© Francois Serrano 2017

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s